Étiquette : rita

Florent Dumeau: “La Provence est la Provence, c’est la capitale mondiale des vins rosés”

Entrevue, publiée dans le numéro 4 de Click & Drink, faite à Florent Dumeau, œnologue diplômé de l’École d’œnologie de Bordeaux qui depuis plus de 15 ans conseille caves et vignerons. Il collabore actuellement avec des producteurs de 8 pays, principalement en France (Saint Emilion, Pomerol, Provence), en Espagne (Bodegas Habla, Bodega La Mejorada et un projet à La Rioja Alavesa), en Italie (Valpolicella, Sicilia), en Afrique du Sud, mais également en Grèce, en Turquie, en Serbie et en Hongrie.

Il travaille avec les caves Bodegas Habla depuis 2005, où a été lancé, il y a quatre ans, le projet de Rita, un vin très particulier qui a donné l’occasion d’une longue conversation avec Florent sur les vins rosés.

Comment est née Rita? Et le projet en France?
C’est très simple. En 2009, Juan Tirado –président de Bodegas Habla– me dit qu’il admirait les grands vins rosés et en particulier ceux de Provence, du genre Château d’Esclans ou Domaine d’Ott, et il me demanda comment nous pourrions, nous autre, produire un grand rosé ici. Je lui répondis: “et bien allons en Provence!”. C’est ainsi que cela commençât. Après plusieurs voyages et trois ans de recherche, nous avons finalement trouvé un vignoble dans la région des Côtes de Provence, face à la montagne Sainte Victoire.

Avec les très bons vignobles et terroirs pour les vins rosés qu’il y a en Espagne, pourquoi Bodegas Habla décide d’élaborer un vin en Provence?
C’est vrai, l’Espagne possède un grand potentiel pour produire de grands vins rosés. Mais la Provence est la Provence, c’est la capitale mondiale des vins rosés, et je crois que son côté chic et son glamour avec Saint-Tropez et les autres villages typiques de la région, correspond très bien à la philosophie et à l’image de Habla.

Et le nom, pourquoi Rita? C’est étrange, différent…
C’est une question pour Valentin, notre créateur graphique et artistique. Mais la forme de la bouteille de Rita et le caractère exubérant du vin nous rappelle le célèbre sex-appeal hollywoodien qu’incarnait Rita Hayworth dans les années 40… C’est un hommage au glamour de l’époque.

Une autre particularité de Rita est le bouchon en cristal, d’où vient ce choix?
Il faut souligner qu’un bouchon en cristal permet de conserver le vin et ses arômes dans de meilleures conditions qu’un bouchon classique. Notre première préoccupation est de proposer au consommateur un vin dans de parfaites conditions, par conséquent le choix n’a pas été purement esthétique. Par contre, il est vrai que son design correspond parfaitement avec Rita.

Parlons maintenant de la Provence. Est-ce la meilleure région pour élaborer des vins rosés?
Sûrement une des meilleures. Sans doute la plus renommée.

Pourquoi le prix de certains vins rosés est-il si élevé? Est-ce-que la variété du raisin, le processus d’élaboration, une production réduite, influent ?
Tout d’abord, parce que la région des Côtes de Provence est limitée et comme la consommation de vin rosé a explosé ces dernières années, il y a chaque fois moins de disponibilité sur le marché et, logiquement, les prix montent. Ensuite, il est également vrai que les Côtes de Provence ont beaucoup travaillé leur communication et certaines marques ont aujourd’hui un succès mondial. C’est le cas de Minuty, Miraval ou de Whispering Angel de Sacha Lichine.

Où est-ce-que Rita est le plus vendu, en Espagne ou à l’étranger?
A ce jour, plus en Espagne mais les ventes à l’étranger augmentent en particulier dans les deux continents américains.

Est-ce-que vous pensez que la consommation de vin rosé est une mode passagère ou une tendance qui subsistera?
Ces derniers temps, en France, la consommation de rosés augmente chaque année entre 20 et 35%… L’évolution est incroyable et au vu de la tendance et le réchauffement climatique, nous pouvons imaginer qu’il en sera ainsi pendant de nombreuses années encore.

Et en Espagne, est-ce que les vins rosés sont-ils considérés comme faisant partie de la bonne gastronomie ou ne sont-ils encore que des vins d’été?
Je pense qu’il existe en Espagne un sacré potentiel de développement. Petit à petit, je vois de plus en plus de vins rosés dans de plus en plus de restaurants. On a observé le même phénomène il y a quelques années en Italie. Il est difficile de changer les habitudes des consommateurs : c’est là ou des caves avant-gardistes comme Habla ont un rôle important à jouer.

Avec quoi aimez-vous marier Rita?
J’adore boire Rita avec des fruits de mer, même avec des huitres mais le must –d’après moi– est sûrement avec des fromages blancs de type Beaufort ou Comté.

Il y a, en Provence, des vins rosés que l’on peut garder de nombreuses années. Pendant combien de temps peut-on garder Rita?
Les grands rosés de Provence présentent toujours fraîcheur et exubérance aromatique. Ces caractéristiques se perdent avec le temps. Sa légère couleur pâle a évolué avec les années. Je ne suis pas partisan du vieillissement des vins rosés. Pour vraiment les apprécier, il faut les boire jeunes. Je dirais entre un an et trois ans en bouteille, même pour Rita.

Est-ce que Bodegas Habla pense accroître la gamme de rosés? Un Rita Ice, par exemple?
Rita Ice je ne crois pas… Mais un autre rosé dans la gamme, sûrement oui. Nous sommes en train de l’évaluer. Mais, comme toujours, il faudra qu’il soit unique et original…Et, pour le moment, franchement, il sera difficile de trouver un endroit pour un autre rosé, à côté de Rita….

 TAGS:M de Minuty Rosé 2016M de Minuty Rosé 2016

M de Minuty Rosé 2016

 

 

 TAGS:Habla Rita 2016Habla Rita 2016

Habla Rita 2016