Test de goût : le nouveau petit lot de cette marque culte de bourbon va faire pâlir d'envie les amateurs de whisky

Depuis son lancement en 2020 au plus fort de la pandémie, Blue Run Spirits a eu un impact considérable sur le monde du whisky en faisant les choses un peu différemment. Au lieu de créer une expression de base basée sur la cohérence, Blue Run a travaillé avec des vétérans de l'industrie du whisky pour distiller sous contrat et s'approvisionner en bourbon et en seigle en séries limitées qui varient souvent en fonction du lot. L'entreprise commercialise également ce qu'elle appelle des « micro-lots », et la nouvelle série Flight de six whiskys est la preuve que ce concept peut fonctionner.

Blue Run a été fondée par un groupe qui comprend des gars qui travaillaient pour Nike et Facebook, et il y a environ un an, la société a été acquise par Molson Coors sous sa division Coors Spirits Co., qui a lancé le décent Five Trail Blended American Whiskey en 2021. La gamme Blue Run est un peu partout, ayant sorti des expressions de bourbon et de seigle en fût, en petits lots et en fût unique au cours des dernières années, mais c'est un peu le but. Il s'agit de whiskys limités et souvent chers (certains diraient excessivement) qui sont soigneusement sélectionnés, mélangés et sélectionnés. L'ancien maître distillateur de Four Roses, Jim Rutledge, est arrivé à bord en tant que « conseiller en liquide » il y a quelques années, et maintenant Shaylyn Gammon, qui a précédemment travaillé pour Campari sur de nombreuses sorties de Wild Turkey, a rejoint l'entreprise en tant que responsable du développement du whisky. Il a été annoncé l'année dernière que Blue Run ouvrait sa propre distillerie dans le Kentucky, mais il faudra des années avant qu'un whisky ne soit prêt à partir de là.

Pour la deuxième série Flight, l'une des collections de micro-lots de Blue Run, Gammon a mélangé trois à quatre fûts du bourbon High Rye en six lots uniques. Cela signifie que chaque bouteille de la série aura un goût différent, et celle que j'ai pu goûter pour cette critique s'appelle Joshua Tree Sunrise. Il s'agit d'un mélange de trois fûts distillés à Castle & Key, à Bardstown Bourbon Company ou dans une autre distillerie non divulguée, et vieillis dans un entrepôt non climatisé à Bardstown, dans le Kentucky. Selon le communiqué de presse, Gammon a effectué ses « tests sensoriels » pendant le mélange en extérieur. L'objectif était apparemment de réaliser ces tests dans un environnement plus proche de la façon dont le consommateur appréciera le whisky, par opposition à l'environnement stérile d'un laboratoire, et de permettre au whisky de réagir et de s'ouvrir aux variations de température et d'humidité.

Cela ressemble à une autre histoire de marketing de whisky dans une industrie qui n'en a pas vraiment besoin de plus. Quoi qu'il en soit, Joshua Tree Sunrise est un très bon bourbon – et je l'attribue davantage aux capacités d'assemblage de Gammon et à la qualité du whisky avec lequel elle a travaillé qu'aux effets du soleil et des brises fraîches. Encore une fois, les cinq autres whiskys de cette série auront un goût différent et je n'ai pas pu les goûter pour les comparer, mais examinons celui-ci. Joshua Tree Sunrise est mis en bouteille à 117 degrés, ce qui est fort mais pas trop chaud. Il se lit comme un bourbon plus jeune en bouche, peut-être autour de la barre des quatre ans, mais ce n'est pas une mauvaise chose. Le nez est riche en notes de fruits et de céréales, et très peu de brûlure d'alcool malgré le degré élevé. Le palais s'ouvre sur la cannelle, le miel et la cassonade avant de se développer sur des saveurs comme la mûre, la pomme verte, la vanille, le caramel et l'espresso. Il semble y avoir également un élément de seigle, bien que je ne puisse pas confirmer quelle est la composition du whisky, et une combinaison de poivre noir et de bonbons durs au caramel persiste en finale lorsque votre gorgée s'estompe.

Non, ce bourbon ne me rappelle pas Joshua Tree, un endroit que j'ai visité à de nombreuses reprises, mais ce n'est pas grave (les autres noms de la série incluent Yosemite Pine, Tahoe Powder et Miami Sunset, qui, j'en suis sûr, ne reflètent pas vraiment le goût du whisky non plus). Le prix de chacune des bouteilles de Flight Series II est de 120 $, et vous pouvez en trouver pour moins de 200 $ auprès de détaillants secondaires en ligne. Si les plaisirs simples de Maker's Mark, Wild Turkey ou Elijah Craig sont plus votre truc, c'est une position tout à fait compréhensible à adopter et cela pourrait ne pas être tout à fait à votre goût. Mais si vous êtes un fanatique de bourbon à la recherche de quelque chose de nouveau et d'unique à essayer qui soit un véritable mélange en petite quantité, c'est une bouteille à rechercher – et si vous pouvez trouver les six pour comparer et contraster, c'est encore mieux.

Note : 90

  • 100 Cela vaut la peine d'échanger votre premier-né contre
  • 95 – 99 Au Panthéon : Un trophée pour le cabinet
  • 90 – 94 Génial : un hochement de tête enthousiaste de vos amis lorsque vous leur servez un verre
  • 85 – 89 Très bon : Assez délicieux pour être acheté, mais pas assez spécial pour être recherché sur le marché secondaire
  • 80 – 84 Bon : Plus qu'un simple buveur quotidien, solide et fiable
  • En dessous de 80 C'est d'accord: Honnêtement, nous ne perdrons probablement pas votre temps et le nôtre avec ça.

.