Ce nouveau whisky de seigle distinctif a été fabriqué en Amérique et vieilli au Japon

Les distilleries japonaises sont connues pour leurs single malts et leurs blended whiskies, dont beaucoup sont devenus très chers et rares au fil des années, notamment en ce qui concerne les expressions de déclaration d'âge. Du whisky de seigle japonais ? Pas tellement, car la distillation japonaise s’inspire en réalité de l’Écosse et non de l’Amérique. Mais Hatozaki vient de lancer un whisky de seigle en édition limitée, fabriqué en Amérique et vieilli au Japon, et les résultats ne ressemblent à rien d'autre que vous avez probablement goûté auparavant.

Le Hatozaki est fabriqué à la distillerie Kaikyō, dans le sud du Japon, située sur la côte de la mer intérieure de Seto. Le saké y est brassé depuis 1917, mais un siècle plus tard, en 2017, le maître distillateur et mélangeur Kimio Yonezawa a commencé à fabriquer du whisky sous le nom de Hatozaki, ainsi qu'à s'approvisionner en liquide auprès d'autres distilleries au Japon et à l'étranger pour le mélange. Les deux expressions principales sont Finest Blended, un mélange de whiskies de malt et de grain, et Small Batch, un mélange de whiskies de malt vieillis en fûts de bourbon, de sherry et de mizunara. La dernière édition de la série Omakase en édition limitée de la marque s'appelle Omakase Rye Third Edition Mizunara Cask Finish, et ce nom devrait vous donner une bonne idée de ce qu'il y a à l'intérieur de la bouteille.

Omakase Rye est un mélange contenant au moins 51 pour cent de seigle distillé et initialement vieilli en Amérique dans une distillerie non divulguée (Yonezawa dit que le contrat de la distillerie ne lui permet pas de révéler où). Après avoir vieilli dans des fûts de chêne blanc neufs, le whisky a été mis en cuve afin de ne pas s'évaporer davantage lors de son prochain voyage océanique et expédié au Japon. Après son arrivée à la distillerie Kaikyō, le whisky a été vieilli dans de nouveaux fûts de mizunara, un type de chêne japonais notoirement difficile à travailler mais qui confère au liquide une gamme de saveurs délicates. J'ai pu goûter le whisky, et il est en effet unique. La couleur est d'un riche brun foncé et les premières notes qui vous sautent aux yeux lorsque vous sirotez sont le bois de balsa et le chêne. Il se boit plus comme un whisky de seigle artisanal vieilli dans des fûts plus petits que comme un seigle de style Kentucky, ce qui pourrait être le résultat de sa naissance américaine ou de sa maturité japonaise. Il y a des notes d'encens, de chocolat noir, de baies mûres et de fumée boisée en bouche, et finalement il semble que la finale de mizunara ait eu une profonde influence sur le whisky.

L'une des règles clés énoncées par la Japan Spirits & Liqueurs Makers Association est que la production doit avoir lieu au Japon pour pouvoir être appelée whisky japonais, bien que ces règles restent volontaires. Évidemment, ce n'est pas le cas ici, mais la bouteille ne dit pas « whisky japonais », mais simplement qu'il a été produit au Japon, il entrerait donc probablement dans la catégorie « mélange mondial » (Kaikyō est membre de la JSLMA).

Omakase Rye est exclusif au marché américain dans une série limitée de seulement 3 000 bouteilles (PDSF 95 $). Ce whisky est peut-être difficile à trouver pour le moment, mais si vous souhaitez essayer quelque chose de nouveau et de différent, cela vaut la peine de le chercher. Vous pouvez trouver le reste de la collection Hatozaki disponible à l'achat sur ReserveBar dès maintenant.