Étiquette : toscane

Les routes gastronomiques en Italie

 TAGS:undefined

Nul doute que l’Italie est aussi une terre de vin et de gastronomie. C’est pour cela que ses routes gastronomiques sont nombreuses et permettent de parcourir des sites et l’histoire à travers des plats, des recettes et des produits autochtones.

La Toscane

La région de la Toscane, dont la capitale est Florence, est connue pour sus vignobles. C’est là qu’est élaboré le fameux Chianti, que nous trouvons chez les cavistes et sous la forme de souvenir de cette región. 

En plus de son art, son excellente cuisine traditionnelle est un atout en sa faveur avec des produits tels que le fromage, en particulier le pecorino et la ricotta. De même, à l’heure de commander des plats dans un de ses restaurants, rien de mieux que les antipasti (entrées) et la viande de veau, d’excellente qualité, appelée  bistecca alla Fiorentina. Et si nous voulons découvrir ses desserts, non sans raison, le Panforte de Sienne ou les Cantucci e vin santo  sont très connus.

Le Piémont

Il est difficile de choisir une route gastronomique en Italie parce que dans chaque région la nourriture est largement remarquable. Dans le cas du Piémont, le vin, le fromage et le chocolat  déterminent des zones de longue tradition.

Nous recommandons, par exemple, la route du vin de Alto Monferrato, les routes du vin de Canavese, ou la route du vin de Monferrato Asti. De même, la variété de fromages que l’on élabore ici  nous permet de goûter des fromages comme la raschera, le castelmagno ou le murazzano. La truffe est un autre élément de la cuisine piémontaise. Nous soulignerions, le chemin de la truffe blanche d’Alba. Alors que le chocolat est plus une spécialité de Turin où la Torinese est le plus grand centre de production du chocolat italien.

Zona centro-Sur

Lorsqu’il s’agit de gastronomie à proprement parlé, la Mozzarella de Búfala Campana DOP est un des produits les plus connus de toute l’Italie. Nous la retrouvons dans les pizzas, les salades, les antipastis et dans l’élaboration d’autres plats savoureux. Ses zones de production se situent au sud de la région du Latium, dans les Pouilles, à Caserte, Naples et Salerne.  Les marchés, les monastères, les magasins et les restaurants contribuent tous à la production de ce délicieux produit

 TAGS:Zaccagnini Tralcetto Montepulciano D'Abruzzo 2015Zaccagnini Tralcetto Montepulciano D’Abruzzo 2015

Zaccagnini Tralcetto Montepulciano D’Abruzzo 2015

 

 

 TAGS:Feudi Di San Marzano I Tratturi Primitivo 2016Feudi Di San Marzano I Tratturi Primitivo 2016

Feudi Di San Marzano I Tratturi Primitivo 2016

Comment les prestigieuses régions viticoles atteignent-elles le succès ?

PetrusIl y a quelques jours le magazine La revue du vin de France a publié un excellent article. Je le recommande à toute personne souhaitant comprendre comment se sont formés les grandes régions du vin dans le monde comme celle de Bordeaux, de Bourgogne, de Toscane, etc… D’où proviennent des vins connus dans le monde entier et dont les prix atteignent parfois les milles euros.

Curieusement le prestige et la notoriété de ces grandes régions se sont développés pour des raisons historiques, économiques, sociales… et politique ! Car en effet, la politique a une grande influence sur la création des grandes zones viticoles. Cela démontre que même si le terroir reste un élément clé, ce n’est pas sur cet argument que reposent les fondements d’une grande région viticole. Et cela démontre clairement que les petites régions ont-elles aussi la possibilité de passer à une étape supérieure et atteindre à l’avenir une grande reconnaissance (comme la région de Priorat qui a atteint le succès en quelques années).

Le long reportage montre comment tout au long des siècles, ces régions, grâce au pouvoir féodal, à l’église (celle-ci eu également une grande influence), aux raisons sociales, etc… se sont peu à peu développée une image qui n’était pas pour autant associée au vin consommé dans ces zones, mais qui renvoyait à l’image d’une zone et d’une régions avec un fort niveau commercial, et où le vin était une boisson destiné à être consommé par les échelons les plus hauts de la société.

Des figures célèbres et des personnages historiques ont eux aussi eu une forte influence. Depuis les romains qui apportèrent la culture du vin en France et plus précisément dans la vallée du Rhône et autour de la Seine, ou les grecs en Italie, ou le corton de Charlemagne (qui donna ensuite les vignes à l’église), ou les empereurs du Royaume Austro-Hongrois qui firent découvrir le Tokaj, etc. L’épopée du Petrus est une histoire contemporaine mais curieuse. En effet, le Petrus est considéré comme l’un des plus grands vins du XXème siècle.

Et son succès (le seul grand cru de Bordeaux qui n’a pas une dénomination qui débute par « Château » ou « domaine »), doit son succès à un coup marketing.

Avant la seconde Guerre Mondiale, le vin de Pétrus était produit par un petit producteur et très peu connu de la dénomination Pomerol (peu connue à l’époque elle aussi), mais Maire-Louise Loubat commença à acheter du vin dans cette zone. Et elle offrit à la famille Arnaud un Pétrus, car elle le considérait comme un vin chargé d’un grand futur, mais encore très peu connu. Même si elle commençait à le faire connaitre, il était hors de question que ce vin de Petrus dépasse le succès des vins voisin, ceux de Saint-Émilion. Mais un jour, elle décida d’envoyer une caisse de vins Pétrus à la jeune Princesse Elizabeth (qui devenue ensuite reine) et à cette époque celle-ci incarnait la modernité. Et la chance fit le reste… La princesse choisit ce vin pour son mariage le 20 novembre 1947 et depuis cet instant, le Petrus est devenu le vin favoris des grands hommes politiques comme Kennedy qui le considéra comme son vin préféré, et des stars du cinéma comme Marilyn Monroe qui l’adora. Ainsi s’est bâtit la légende du Petrus.

Intéressant non?

Ceci démontre que d’autres éléments que la qualité du terroir d’où vient le vin, pèsent sur la notoriété que peux se faire un vin. Car l’image d’un vin se développe avec une histoire, des traditions, des coïncidences…

La réputation d’un vin se fonde-t-elle sur de justes valeurs ?