Étiquette : sommelier

Interview avec la sommelière Isabelle Brunet

 TAGS:undefined

« … Chaque amateur de vin peut et doit prendre soin de sa propre éducation et opinion”

Que vous le sachiez ou non, si vous êtes féru de vin, vous avez probablement été en contact d’une manière ou d’une autre avec la célèbre sommelière Isabelle Brunet. Formée à “l’école de la vie”, son parcours l’a finalement amenée en Espagne où elle commença rapidement à travailler avec Ferran Adrìa dans son restaurant réputé “El  Bulli”. Cependant, Isabelle ne s’arrêta pas là et commença de nouveaux projets prometteurs. Aujourd’hui, vous la retrouverez à Monvínic, un lieu au coeur de Barcelone, qui se consacre entièrement à l’expérience qu’un bon vin peut offrir.

Sur votre site internet, vous vous présentez comme « sommelière sans diplôme ». Que voulez vous dire?

Quand je dis “sans diplôme”, je fais référence à l’école de la vie!

J’ai eu une adolescence marquée par mes parents dans un modeste village au sud de Chinon. Tout commença avec mon frère, Christophe, un sommelier qualifié dans la Loire et sa passion contagieuse pour le vin. En 1994, à Londres, Christophe décida de quitter son travail pour aller faire le tour du monde et je fus engagée pour le remplacer. Londres était déjà connue comme plateforme mondiale du vin. Ceci m’a permis de prendre part aux dégustations et voyages qui m’ont été offerts pendant cinq années au sein d’un bon environnement de sommeliers et de vignerons.

Avant de venir en Espagne, je me suis offert un tour des vignobles  espagnols.

Vous venez de France mais vivez en Espagne depuis maintenant un certain temps. Plutôt champagne ou cava?

Ni l’un ni l’autre. Tout dépend de quel champagne et de quel cava on parle. On ne peut pas généraliser et il ne faudrait pas comparer un champagne industriel produit par une marque commerciale à un cava artisanal conçu dans une région plus fraîche que la normale avec des rendements moindres et un long élevage sur lies. Certains de mes favoris ne viennent même pas de la D.O. Cava. Je préfère les mousseux qui rappellent le vin avec un peu d’oxydation positive.

En tant que débutant, comment puis-je savoir si un mousseux est bon? Dois-je prendre en considération les points des guides, des critiques, …?

Je voudrais saisir cette occasion pour dire que chaque amateur de vin peut et doit prendre soin de sa propre éducation et opinion. Au début, les guides avec leurs évaluations peuvent être utiles pour connaître les noms avec leurs régions et spécificités. Cela peut paraître difficile mais ça dépend entièrement des efforts et de la concentration que nous déployons.

Avec mon humble expérience de 20 ans, j’ai appris à me faire une opinion sans donner une note au moment même. Il vaut mieux apprécier le moment et vivre l’émotion transmise par le vin. C’est ce que j’essaie d’inculquer à mon équipe de sommeliers mais également aux clients qui viennent à Monvínic.

Comment puis-je trouver un Cava qui me convient?

Il faut essayer beaucoup de vins jusqu’à ce que l’on trouve le style d’un vigneron que l’on apprécie et arriver à définir ses propres goûts. Il ne faut cependant pas toujours se limiter à la même chose. La diversité de styles et de goûts nous enrichit.

Comment puis-je savoir si un sommelier comprend mes besoins?

Premièrement, s’il/elle vous a écouté plus qu’il/elle n’a parlé et s’il/elle a essayé de créer un dialogue humble et constructif. Ensuite, cela dépend de manière de gérer les informations et mes désirs. Enfin, si ses recommandations viennent du coeur et non pas d’un calcul commercial ou d’un effet de mode.

Avez-vous une combinaison mousseux/plat favorite? La partageriez-vous avec nous?

Avec seulement quelques euros, on peut se permettre un champagne de 20 ans accompagné de pâtes fraîches al dente aux truffes blanches.

Une autre possibilité serait un Sumoll Espumoso Brut Nature avec une “papada” de trois ans cuite au grill.

 TAGS:Recaredo Terrers Brut Nature Gran Reserva 2010Recaredo Terrers Brut Nature Gran Reserva 2010

Recaredo Terrers Brut Nature Gran Reserva 2010, un vin effervescent d’AOC Cava de Recaredo élaboré à base du meilleur de chardonnay, macabeo, parellada et xarel·lo du millésime 2010

 TAGS:Jacquesson Cuvée Nº740Jacquesson Cuvée Nº740

Jacquesson Cuvée Nº740, un vin effervescent Champagne élaboré avec du chardonnay, du pinot meunier et du pinot noir.

L’ABC de la dégustation de vins

 TAGS:On a beaucoup parlé de la façon correcte de déguster un bon vin, nous sommes conscient qu?il s?agit d?un sujet très dense qui compte diverses opinions, et qui va très loin dans domaine du relatif et du circonstanciel.

Un bon vin reste un bon vin où qu?il soit et il n?est pas nécessaire d?être un grand ?nologue ou un expert sommelier pour le savoir, même si il est clair que nous n?allons pas prétendre être capable de donner une conclusion technique du vin en question, on peut malgré tout avoir un degré de connaissance du vin très élevé si nous connaissons certains détails importants, ou tel que le dit l?intitulé de cet article, « l?ABC de la dégustation ».

Pour se faire une première idée claire d?un bon vin, nous devons connaître au moins trois parties importantes de la dégustation d?un vin : l?apparence ou la forme, l?arôme et la saveur, ou tel qu?on le dit dans le monde du vins : la vue, le nez et la bouche. Trois sens fondamentaux pour déterminer la qualité d?un bon vin.

L?apparence ou la forme : Ici la vue est notre meilleure alliée, pour commencer nous devons faire attention à la brillance que peut avoir le vin.

Si sa brillance est bonne, alors nous sommes face à un vin intéressant, si on le voit opaque, il faut se méfier. Pour réussir cette première épreuve nous devrons lever le verre à la hauteur de nos yeux. Ainsi, avec un léger mouvement sur son axe, nous découvrirons la couleur, la brillance et la netteté du vin. Nous pourrons aussi découvrir le degré d?alcool avec les fameuses « larmes du vin » ou « jambes ».

L?arôme : Pour cette seconde phase de la dégustation, nous allons introduire légèrement notre nez dans le verre, avec cela nous arriverons à sentir les dénommés « arômes primaires », lesquels sont marqués par le type ou les types de raisins avec lesquels est fait le vin en question.

Ensuite nous distinguerons les « arômes secondaires ». Ceux-ci sont dus à la fermentation du vin.

Et pour finir nous saisirons les « arômes tertiaires » lesquels sont répandus par la garde du vin. Pour pouvoir percevoir ces arômes, avant d?introduire le nez dans le verre, nous devons l?agiter légèrement pour réveiller ses si belles odeurs.

Le goût : Pour beaucoup, c?est la partie la plus importante de la dégustation du vin. Pour commencer nous allons prendre seulement une petite gorgée de vin, que nous ferons passer par les papilles gustatives de notre bouche, pour découvrir les quatre saveurs qu?a un vin en général : sucré, salé, acide et amère. Un bon vin a un équilibre parfait entre ces différentes saveurs.

Les professions et métiers du vin

 - Dans le monde du vin il existe plus d’une profession ou métier, qui s’occupe direct ou indirectement de l’élaboration, de la production et de la vente du vin.

Le vin que nous avons en face de nous n’est pas sous la seule responsabilité du viticulteur et du commerçant qui nous ont vendu la bouteille, derrière elle, il y a beaucoup de personnes qui rendent possible que cette boisson magique arrive entre nos mains et nous pimente la vie.

Accompagnez-nous pour les découvrir, car après savoir tout cela, vous aurez une meilleure évaluation du vin.

  • L’ingénieur agronome ? On pourrait le qualifier de conseillé scientifique du viticulteur, qui étudie les vignes, leurs améliorations et leur production.
  • L’ampélographe – C’est le scientifique spécialisé dans l’étude et l?identification de la vigne et de ses différentes classes.
  • L’ampélologue – Scientifique biologique qui étudie la vigne à partir de sa culture, son origine géographique, ainsi que l’adaptation des souches aux différents sols et climats, leurs pathologies et les traitements spéciaux dont ils ont besoin.
  • Le viticulteur ? Personne chargée de la culture des vignes dés leur conception jusqu’à leur récolte finale. On peut dire qu’il s’agit d’un des piliers de l’élaboration du vin.
  • Le collecteur – Personne qui se charge de la vendange (récolte) des grappes, cette personne décide du moment exact et propice pour la récolte, en se basant sur leur maturation et leur contenu en sucres.
  • Le vigneron ? Un autre pilier de l’élaboration du vin, pour beaucoup, le plus important. Cette personne se charge de l’élaboration du vin.
  • Le tonnelier ? Personne qui voue son expérience dans ce noble métier qui est celui d’élaborer les fûts en bois (barriques) qui sont utilisés dans le vieillissement du vin.
  • L??nologue ? Personne qui étudie le vin et son élaboration, il se charge de superviser et de conseiller pendant l’élaboration du vin.
  • Le dégustateur ? Expert dans la dégustation du vin, ce professionnel du vin nous guidera dans la reconnaissance d’un bon vin, faisant ressortir ses qualités et ses défauts, nous offrant une meilleure idée du vin en question.
  • Le sommelier ? Grand connaisseur de vins qui nous aidera à choisir le vin parfait pour chaque occasion et nous guidera à bon port pour un accompagnement parfait.
  • Le caviste ? Personne propriétaire d’un château qui élabore, stock, ou fourni du vin. La dernière connexion du vin avec le consommateur et/ou le commerçant.

Comment goûter un vin ?

ABC de la cataBeaucoup de choses ont déjà été dites sur la dégustation du vin. Il s’agit d’un thème très large où plusieurs opinions divergent, et qui explore en profondeur les domaines du relatif et du circonstanciel.

Il n’est pas nécessaire d’être un œnologue ou un expert en vin pour reconnaitre un bon vin d’un mauvais vinaigre. Bien-sûr, vous ne pourrais prétendre non plus être en mesure de rendre une description précise et technique du vin en question, mais cet article vous permettra d’enrichir votre degré de connaissance sur le vin, et de juger des détails qui font la qualité d’un vin.

Avant de goûter un vin, il faut avoir en tête les trois critères suivants qui permettront de l’évaluer : son apparence et sa forme, ses arômes et ses saveurs. En bref ses critères sont très simplement résumés dans le jargon du vin : la vue, l’odorat et le goût. Ces trois sens suscités lors d’une dégustation, sont à observer avec la plus grande attention afin de déterminer de la qualité du vin goûté.

Tout d’abord, il est important de se focaliser sur la couleur et la brillance du vin pour se faire une idée de celui-ci.

Si vous notez des reflets agréables, cela suppose que vous êtes en face d’un vin intéressant. En revanche, si le vin se caractérise par une certaine opacité, vos doutes seront légitimes. Pour exécuter ce premier test, vous devez porter votre verre à ballon à la hauteur de vos yeux. Ainsi, en effectuant un léger mouvement sur son axe, vous découvrirez les couleurs, la luminosité et la pureté du vin observé. Vous pourrez aussi tenter de deviner la concentration en alcool du vin, grâce aux fameuses « larmes » ou « jambes » qui s’écoulent sur la paroi du verre. Plus ces larmes sont abondantes, et plus le taux d’alcool est élevé.

Ensuite, lors de la seconde phase de la dégustation (il s’agit bien de dégustation, même si nous n’avons toujours pas porté le vin à nos lèvres) il est important de savoir capter les arômes qui émanent du vin. Pour cela, plongez votre nez dans le verre sans être timide, un verre bien servi vous gardera à l’abri du risque de vous retrouver avec le bout du nez humide. En effectuant cet exercice sur le long terme, il se transformera vite en plaisir et peu à peu vous vous familiariserez avec les arômes respectifs de chaque cépage.

Vous remarquerez par la suite les « arômes secondaires ». Ceux-ci proviennent de la fermentation du vin.

Et enfin vous percevrez les « arômes tertiaires » qui sont développées par l’âme du vin. Mais avant de sentir à nouveau le vin, vous devrez légèrement agiter votre verre, et les belles senteurs ne tarderont pas à se dévoiler.

Bien qu’elle fasse l’objet de la dernière étape, la découverte des saveurs est la partie la plus attendue lors de la dégustation d’un vin. Pour commencer, prenez seulement une petite gorgée de vin, émoustillera vos papilles gustatives. Vous pourrez dès lors juger des quatre saveurs que doit contenir un vin : la douceur, le salé, l’acidité et l’amertume. Un bon vin combine ces quatre saveurs en un seul goût parfaitement équilibré. 

Les métiers du vin

 TAGS:

Le monde du vin se compose de plusieurs professions, qui sont directement ou indirectement liées au développement, à la production et à la vente du vin.

Le vin que nous retrouvons dans nos verres, n’est pas seulement le fruit des travaux du vigneron et du commerçant nous ayant vendu la bouteille, il existe d’autres professionnels faisant en sorte que cette formidable boisson arrive dans nos mains pour rendre la vie plus savoureuse.

Nous vous invitons à les découvrir, et nous sommes certains qu’après nous être penché sur ces différents métiers, nous pourrons ensemble, mieux que jamais, estimer les valeurs des vins que nous gouterons.

  • L’Ingénieur agronome – Il pourrait être décrit comme conseiller scientifique du producteur, qui étudie les vignes, afin d’améliorer la production.
  • L’ampélographe – C’est le scientifique qui procède à l’identification des vignes et de ses différentes catégories.
  • L’ampélologue – Ce scientifique biologique étudie la vigne dès sa croissance, son origine géographique, l’adaptation des souches à différents sols et climats. Mais aussi, il surveille la vigne des maladies qui pourraient l’atteindre, pour aussi tôt lui appliquer le traitement adapté.
  • Le viticulteur – Le viticulteur s’occupe de la culture de la vigne, depuis sa conception jusqu’à sa récolte finale. On peut dire que le viticulteur est l’un des acteurs principaux dans l’élaboration du vin.
  •  – Le collecteur est la personne qui est en charge de la collecte des souches, cette personne choisit le moment adéquat pour récolter les raisins, en fonction de leur maturité et de leur teneur en sucre.
  • Le vigneron – Un autre pilier dans la participation à l’élaboration du vin, et peut être le plus important. Cette personne met en place tout l’art de la vinification.
  • Le tonnelier – Cet artisan détient le noble métier d’élaborer et de développer les fûts en bois (barriques) dans lesquels le vin est stocké lors de sa maturation.
  • L’œnologue – Ce professionnel étudie avec attention le vin et son élaboration, il est responsable de la supervision et décide de l’orientation à prendre lors de la production du vin.
  • Le sommelier – C’est également un expert en matière ??de vins qui nous aidera à choisir le vin idéal pour chaque occasion et nous proposera une combinaison parfaite avec un plat.
  • Le caviste – Le caviste est propriétaire d’un vignoble qui produit, stocke et distribue du vin. Dernier maillon entre le vin et les consommateurs ou les distributeurs.