Étiquette : bouchons synthétiques

Bouchons de liège : l’autre version

 TAGS:Bien que l?industrie du bouchon se développe depuis des centaines d’années, ces derniers temps les innovations ont amélioré leur qualité de façon spectaculaire. En Espagne, le liège est la fermeture la plus utilisée et son usage est sujet à tous types de promotion.

Malgré cela, beaucoup de nouveaux amateurs et professionnels du vin, qui en général n’ont pas l’héritage d’une tradition comme l’espagnole, favorisent d’autres types de bouchons. On peut alors simplement ignorer leurs arguments, ou, au moins, tenter de savoir pourquoi il existe un tel essor des bouchons synthétiques.

Aujourd’hui chez Uvinum nous vous offrons un autre point de vue sur le bouchon :

Cela peut paraître impossible mais seulement 10% de tous les récipients à vin -sur le volume total commercialisé- ont un bouchon de liège. Il faut tenir compte des récipients de plus grande capacité qui n’ont pas besoin de bouchon : bag in box, barriques,… Cependant, le liège est le type de bouchon le plus utilisé avec les vins à long vieillissement, malgré les problèmes qu’il peut lui occasionner.

Le coupable de ces problèmes est souvent un composé connu comme le TCA (Trichloranisol), qui contamine le vin presque immédiatement, lui donnant une odeur et un goût à « chaussettes sales de chaussures de sport ». Les problèmes du TCA ont causé une révolution dans la  fabrication d’une nouvelle génération de bouchons à vin, comme le bouchon Stelvin, qui a eut beaucoup de succès en Australie.

The Wine Business Monthly a publié un article, écrit par Cirilo Penn en Septembre 2005, sur « la nouvelle génération de bouchons synthétiques », mettant en valeur le succès, le potentiel et l’évolution que pouvaient attendre les nouveaux amateurs de vin de leurs bouteilles de vin dans le future.

Pour un produit qui existe depuis à peine 10 ans, il est surprenant de voir à quel point les bouchons synthétiques se sont vendus. Au niveau mondial, près de 2,5 milliards de bouchons synthétiques de vin vont être utilisés cette année. Robert Anderson, directeur exécutif de SupremeCorq, croit que le marché global des bouchons synthétiques a une croissance de 20% par an, et il espère que ce chiffre soit doublé pendant les cinq prochaines années. Anderson estime que les synthétiques représentent environ 10% d’un marché de 21 milliards de dollars.

Malcolm Thompson, directeur marketing chez Nomacorc, assure que plus de 500 millions de bouteilles de vin furent sellées avec des bouchons synthétiques cette année, seulement aux États-Unis, et que la part de marché des bouchons synthétiques à vin est proche des 17% au niveau mondial.

Ben Atkins, gérant du développement commerciale aux États-Unis chez Nukorc Inc, estime que 800 millions de bouchons synthétique seront vendus cette année aux États-Unis, et il signale que 4 des 5 principaux producteurs du vin aux États-Unis par volume -Trinchero Family Estates est le seul irréductible- utilisent actuellement des matériaux synthétiques pour seller, au moins, certains de leurs vins.

Les fabricants de fermeture synthétique ont résolu la question de la simplicité d’extraction de la bouteille. Il y a peu, cependant, que les fabricants envisagent le potentiel de vieillissement des vins conservés avec des bouchons synthétiques et ils travaillent avec les fournisseurs de polymères espérant créer des fermetures qui offrent une pénétration inférieure des gaz, et qui malgré cela restent faciles à extraire et à remettre. « Le prochain saut de l’amélioration se trouve dans le contrôle de la pénétration de l’oxygène », dit Mark Coleman, directeur du développement commerciale global pour Neocork Technologies, Inc.

La plupart des produits synthétiques ont été bons pour les jeunes vins, mais le vieillissement est, jusqu’à nos jours, sa grande limitation. « Ce que font la plupart d’entre nous, c’est d?utiliser des techniques d’inginiérie pour contrôler l’échange d’air entre le bouchon et le vin », dit Coleman. « La plupart des bouchons synthétiques, de toutes façons, s’utilisent pour les vins qui vont être rapidement consommés », dit Marc Kaufman, gérant des ventes chez Novembal, dont la compagnie a annoncé récemment la disponibilité de fermetures avec une structure plus dense d’oxydation plus lente.

Il existe environ 50 fabricants de bouchons synthétiques dans le monde, bien que beaucoup d’entre eux sont petits. Certains producteurs de fermetures moulées par injection (de type silicone) en Italie utilisent un équipement qui a précédemment dans la fabrication des chaussures (bien avant que le marché des chaussures soit délocalisé en Chine), et la qualité, ainsi que la cohérence des fermetures produites de cette sorte, est questionnée.

Finalement, les producteurs de bouchons synthétiques valorisent leur capacité de fermeture hermétique pour les vins jeunes, leur simplicité d’extraction -dans le cas des bouchons Stelvin- face aux bouchons conventionnels, et leur meilleure asepsie que celle des bouchons de liège qui, dans certains cas, « contaminent » le vin et le corrompent. En revanche, l’handicap de ce type de bouchons consiste, ce qui est reconnu par les propres producteurs, à faciliter l’échange d’oxygène au vin pour aider à sa correcte évolution chez les vins de garde, mais c’est une chose sur laquelle il sont en train de travailler.

Et le dernier argument en faveur des bouchons synthétiques, que personne ne mentionne mais qui est à la base de son succès : son prix est plus compétitif que celui des bouchons de liège.

Maintenant que vous connaissez les raisons pour lesquelles il y a de plus en plus de bouchons synthétiques dans le marché, c’est à vous de donner votre avis : Que pensez-vous des bouchons synthétiques ?

La nouvelle alternative aux bouchons de liège

bouchons de liègeBien que l’industrie du liège ait des centaines d’années de développement, ces dernières années, on constate que des innovations ont été faites dans l’amélioration de leur qualité, et ce de façon spectaculaire. L’embouteillement des bouteilles de vins avec des bouchons de liège est la méthode la plus répandue et son utilisation est encouragée.

Malgré cela, beaucoup de nouveaux amateurs et de professionnels du vin, qui n’ont habituellement pas l’héritage de la tradition, font la promotion d’autres types de fermetures. Nous ne pouvons rejeter leurs arguments sans plus ou moins essayer de connaître la raison du développement des bouchons synthétiques.

Aujourd’hui sur Uvinum, nous vous proposons un autre point de vue sur les bouchons :

Cela semble incroyable, mais seulement 10% des toutes les bouteilles de vins sur le volume total des échanges commerciaux, ont des bouchons de liège. Il faut prendre en compte le fait qu’il existe d’autre type de conteneurs, capable de conserver un volume beaucoup plus grands et donc qui ne nécessite pas ce type de bouchon : barriques, cubis… Bien-sûr, le bouchon de liège est le type de bouchon le plus largement utilisé pour les vins conservés sur une longue durée, malgré les problèmes qu’il peut causer.

Le coupable de ces problèmes est généralement un composant chimique appelé TCA (Trichloranisol), qui contamine le vin presque immédiatement après son contact avec celui-ci, ce qui donne au vin l’odeur et le goût de « chaussettes sales ».Les problèmes lié à la TCA ont provoqué la fabrication d’une nouvelle génération de bouchons de vin, tels que le bouchon Stelvin, qui eut un énorme succès en Australie.

Cirilo Penn a écrit un article paru dans le magazine « The Wine Business Monthly » de Septembre 2005, qui traite de « la nouvelle génération des bouchons synthétiques », mettant en évidence la réussite, le potentiel et l’évolution des bouteilles de vins que les nouveaux amateurs de vin peuvent attendre.

Pour un produit qui existait à peine il y a 10 ans, il est étonnant de constater jusqu’à quel point s’est développer la vente des bouchons synthétiques. Dans le monde, environ 2.500 millions de bouchons synthétiques seront utilisés cette année. Robert Anderson, PDG de SupremeCorq, estime que le marché des bouchons synthétiques s’étend de plus en plus, avec un taux d’évolution de 20% par an, et prévoit de voir doubler ce chiffre au cours des cinq prochaines années. Anderson estime que les bouchons synthétiques représentent environ 10% d’un marché de 21.000 millions de dollars.

Malcolm Thompson, directeur marketing de Nomacorc, nous affirme que plus de 500 millions de bouteilles de vin ont été scellés avec des bouchons synthétiques rien qu’aux États-Unis cette année, et que la part de marché des bouchons synthétiques sur le marché mondial est d’environ 17%.

Ben Atkins, responsable du développement commercial pour NuKorc USA Inc, estime que 800 millions bouchons synthétiques seront vendus cette année aux États-Unis, en signalant que 4 des 5 principaux producteurs de vin des États-Unis en matière de volume, utilisent des matériaux synthétiques pour l’étanchéité d’au moins une partie de leurs vins. Trinchero Family Estates est le seul grand producteur de vin aux Etats-Unis n’ayant pas recours au synthétique.

Les fabricants de bouchons synthétiques ont résolu la question de la facilité d’extraction de la bouteille. Récemment, toutefois, que les fabricants se sont intéressés au potentiel de vieillissement des vins stockés dans les bouchons synthétiques et travaillent avec des fournisseurs de polymères avec l’espoir de créer des fermetures qui limitent la pénétration du gaz, mais peuvent être facilement retirés et réinsérés. «Le prochain saut dans l’amélioration du synthétique est le contrôle de la pénétration d’oxygène», a déclaré Mark Coleman, directeur du développement commercial mondial pour les technologies Neocork, Inc.

Il existe environ 50 fabricants de bouchons synthétiques dans le monde, même si beaucoup d’entre eux sont de petite taille. Certains producteurs de fermetures moulées par injection (type silicone) en Italie, travaillent à l’aide d’un ordinateur précédemment utilisé dans la fabrication de chaussures (bien avant la vente de chaussures en provenance de Chine), mais la qualité ainsi que la cohérence de ses bouchons ainsi produit, sont discutable.

En bref, les producteurs de bouchons synthétiques mettent en valeur leur capacité et leur étanchéité pour les vins jeunes, ainsi que la facilité d’extraction des bouchons-Stelvin, par rapport à bouchons classiques, et un avantage aseptique sur les bouchons de liège, qui dans certains cas peuvent «polluer» le vin et corrompre son goût. En revanche, le handicap de ces bouchons subsiste, et les producteurs eux-mêmes le reconnaissent. Ces bouchons synthétiques ne peuvent faciliter un échange équitable entre l’oxygène et le vin afin de garantir une bonne évolution lors du vieillissement du vin. Mais c’est une problématique que les producteurs tentent de résoudre.

Et pour donner un dernier argument en faveur de bouchons synthétiques, dont personne n’a parlé mais qui est au cœur de la réussite de ce type de fermeture: son prix est plus compétitif que le liège.

Maintenant que vous connaissez les raisons pour lesquelles on rencontre de plus en plus de bouchons synthétiques sur le marché, vous faites désormais partie de ceux à qui l’on peut demander: « Et vous, que pensez-vous des bouchons synthétiques ? ».